27/09/2021
310 Views
BestArchiDesign

★ Exposition Françoise Gilot, les années françaises : Musée Estrine à Saint-Rémy-de-Provence

Expo Françoise Gilot, les années françaises, Musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence

Du 17 juillet au 23 décembre 2021, le Musée Estrine célèbre le centième anniversaire de la naissance de Françoise Gilot, avec une exposition de ses œuvres consacrée aux années françaises. Ce remarquable hommage pictural permet de poser un regard neuf sur cette artiste hors-norme, ignorée et on peut dire même désavouée par la France, pendant que l’Amérique l’honore et qu’elle rencontre un succès important dans le monde. Le cheminement de Françoise Gilot se présente comme une métaphore de l’art du XXe siècle. De ses débuts en 1939, dans la tradition française, pour se tourner ensuite vers des recherches américaines autour de la couleur et de l’abstraction, de Paris à New-York, ou encore de Picasso à l’art contemporain… l’exposition réunit ainsi, une cinquantaine de peintures, soulignant le rôle essentiel de cet héritage dans le déploiement de son œuvre et de sa personnalité artistique.

Le musée Estrine, un lieu chargé d’histoire

Le musée est installé au coeur de Saint-Rémy, dans un hôtel particulier, bijoux de l’architecture provençale du XVIIIe siècle, construit en 1749. L’Hôtel Estrine a été bâti pour abriter le siège de la judicature des princes de Monaco. Ce lieu historique a été entièrement restauré en 1989 et récompensé par le Prix du « Patrimoine vivant » décerné par la Fondation de France. Depuis 2007, il abrite le musée Estrine, qui a bénéficié en 2014 d’un vaste programme d’agrandissement et de rénovation. Chaque année, plusieurs expositions temporaires sont organisées dans les différents espaces du musée, autour de thèmes importants de la peinture ou de peintres et dessinateurs de grand talent du XXe et XXIe siècles.

Musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence

Aujourd’hui, le musée Estrine rend un magnifique témoignage à une femme libre et une artiste hors du commun

L’exposition du musée Estrine s’inscrit dans le mouvement de revalorisation des artistes femme, mais elle souhaite avant tout fêter les 100 ans, en novembre prochain, de Françoise Gilot, afin de permettre au public de découvrir cette artiste atypique. Car Françoise Gilot est un modèle du genre dans l’histoire de l’art. Compagne de Pablo Picasso, elle choisit de le quitter après 10 années de vie commune tumultueuse, et de quitter la France pour les états-unis, au moment même où Paris perd son statut de capitale des arts. Une décision évidente pour cette femme affranchie que seule la peinture guidera.

« Elle est la seule compagne de Picasso à l’avoir quitté, les autres sont devenues folles ou se sont suicidées. Elle, elle a sauvé sa peau et elle est partie. »

Annie Maïllis, biographe et amie de Francoise Gilot

Françoise Gilot, une artiste reniée par la France

Devenue américaine pour des Français qui la désavouent après la parution de son livre « Vivre avec Picasso », son œuvre quitte définitivement les radars de la scène française alors qu’elle connaît le succès aux états-unis. Pourtant, la peinture de Françoise Gilot s’inscrit dans cette tradition française du lendemain de la seconde guerre mondiale. Une tradition dans laquelle elle puise son inspiration avec entre autres comme figures tutélaires Francis Gruber ou Henri Matisse.

« Je ne peins pas ce que je regarde mais ce qui me regarde »

Françoise Gilot

Cette citation de Françoise Gilot résume une œuvre placée sous le signe de la recherche de soi à travers ce que l’artiste peint, dessine ou grave, dans ses natures mortes comme dans ses portraits, dans le choix du figuratif comme de l’abstraction. De là, la multiplicité de ses approches d’un sujet, parfois identique, pour en sonder l’essence, en traquer ce qui fait écho en elle, depuis les autoportraits ou les portraits de ses enfants Claude et Paloma, jusqu’aux « cuisines », saluées par les spécialistes au début des années 1950, ou aux mythes grecs, revisités à l’heure du bilan qui préside à son départ pour les états-unis.

En choisissant de revenir sur ces années françaises, l’exposition révèle l’archéologie de l’œuvre selon les lignes opérantes dans la construction de son écriture et de sa personnalité artistique. Une dynamique s’en dégage qui porte Françoise Gilot vers l’abstraction aux couleurs saturées, éclatantes qui seront sa marque, comme dans les toiles du cycle du labyrinthe où Thésée, son alter ego mythique, se perd et se retrouve. Les œuvres présentées au public rappellent à quel point Françoise Gilot est française, d’un pays qui tarde toujours à lui rendre sa place légitime, et avec cette exposition, le musée Estrine espère que le mouvement international de revalorisation des artistes femmes contribuera à réparer cette grande injustice.

Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Vernissage de l’exposition Françoise Gilot, les années françaises, le 17 juillet 2021, en présence de Paloma Picasso, fille de Francoise Gilot et Pablo Picasso, Annie Maïllis, biographe et amie de Francoise Gilot et Elisa Farran, commissaire de l’exposition et directrice du musée Estrine

Françoise Gilot en quelques mots…

Françoise Gilot est née en 1921 à neuilly sur Seine. Très tôt attirée par l’art et encouragée par sa mère, elle suit à paris les cours de l’académie Julian puis ceux de l’école des beaux-arts avec Jean Souverbié comme professeur.

En 1943, elle rencontre Pablo Picasso qui lui fera découvrir le monde artistique de l’époque : Pierre Reverdy, Jean Cocteau, Brassaï, Gertrude Stein, entre autres. Pendant dix ans, elle partagera la vie de Picasso et sera la mère de deux de ses enfants, Claude et Paloma. Lorsqu’elle le quitte, en 1953, elle retourne s’installer à Paris.

En 1955, elle épouse l’artiste Luc Simon dont elle aura une fille, Aurélia, avant leur séparation en 1962. Parallèlement, sa notoriété artistique commence à prendre de l’ampleur. Elle rédige à cette époque le récit « Vivre avec Picasso » qui lui vaudra la rancœur de l’entourage du peintre. De plus en plus, elle se tourne vers les états-unis où elle finit par s’installer lorsqu’elle épouse en 1970 le savant américain Jonas Salk. Elle continue à peindre, écrire, exposer sans relâche et avec passion, entre les états-unis et la France où elle séjourne régulièrement. A la mort de son mari, en 1995, Françoise Gilot continue de voyager et s’inspire de ses découvertes pour créer de nouvelles œuvres.

Pour en savoir plus sur la vie de Francoise Gilot avec Picasso, voir l’excellent documentaire sur Arte.

Françoise Gilot
Smajewski Michał dit Michel Sima, Françoise Gilot, Villa la Galloise, Vallauris. 1948, tirage baryté numérique 2021 © Michel Sima héritiers

Exposition Françoise Gilot, les années françaises

Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
La Répétition, 1953, huile sur toile, 163 x 130 cm, collection particulière
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Liberté, 1952, huile sur toile, 146 X 1114 cm – Claude et Paloma jouant à la balle, 1952, huile sur contreplaqué, 187 x 110,8cm > Collections particulières
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Portrait d’enfant, 1947, gouache et fusain – Mes enfants dans la cuisine, 1950, huile – Claude, une fleur à la main, 1949, crayon, gouache et fusain > Collections particulières
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Autoportrait en noir (au travail), 1943, huile sur toile, 73 x 60 cm, collection particulière
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Portrait de Pablo (de mémoire), 1945, gouache sur papier, collection particulière
Exposition Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Fruits et feuilles, 1957, huile sur toile, 60 x 73 cm, collection particulière
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
La Resserre pour les outils de jardin, 1952, huile sur contreplaqué, 81 x 100 cm, collection particulière
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Paysage d’Angleterre, 1961, huile sur toile, 65 x 81 cm, collection particulière
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Nuit végétale, 1971, huile sur contreplaqué, 199 x 81 cm, collection particulière
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Salade, 1950, huile sur toile, 73 X 92 cm, collection particulière
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
La Cuisine provençale, 1951, huile sur contreplaqué – L’Âtre, 1951, huile sur toile, 130 x 100 cm > Collections particulières
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Continuité, 1967, huile sur toile, 130 x 162 cm, collection particulière
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Marbre Sage, 1968, huile sur toile, 126 x 130,5 cm, collection particulière
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Ange nageant au paradis, 1987, tondo huile sur toile, 100 cm, collection particulière
Expo Françoise Gilot, les années françaises musée Estrine Saint-Rémy-de-Provence
Le passant, 2006/2007, huile sur toile, 73 x 60 cm, collection particulière

FRANÇOISE GILOT, PABLO PICASSO DANS L’ŒIL DE MICHEL SIMA

Michel Sima pseudonyme de Michał Smajewski (1912 – 1987), polonais d’origine, débarque à Paris au début des années 1930 pour y suivre des cours à la Grande Chaumière. Sculpteur mais également photographe, il se lie d’amitié avec de nombreux artistes de Montparnasse, Picasso, entre autres… Michel Sima sera le témoin privilégié de sa vie dans le Sud avec Françoise Gilot et ses enfants. En écho à l’exposition consacrée à Françoise Gilot, ce sont quelques-uns de ces clichés exceptionnels qui ont été présentés dans le petit salon du musée.

FRANÇOISE GILOT, PABLO PICASSO DANS L’ŒIL DE MICHEL SIMA
© Michel Sima héritiers
FRANÇOISE GILOT, PABLO PICASSO DANS L’ŒIL DE MICHEL SIMA
FRANÇOISE GILOT, PABLO PICASSO DANS L’ŒIL DE MICHEL SIMA

Exposition Françoise Gilot, les années françaises

Adresse : Musée Estrine, 8, rue estrine – 13210 Saint-Rémy-de-Provence
Liens : musee-estrine.frInstagram
Dates : Du 17 juillet au 23 décembre 2021. Ouvert tous les jours sauf le lundi avril à octobre : 10h00 à 18h00 et novembre à décembre : 14h00 à 17h30

★ SUJETS À LIRE AUSSI ★

L'atelier Buffile chez By Paka à Saint-Remy-de-Provence
Partager et suivre BestArchiDesign !

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.